Et voilà que l’affaire des cheminots marocains s’invite encore pour une énième audience devant une juridiction et dont on attend avec impatience le verdict. Un verdict qui mettra fin à ce feuilleton qui commence à friser l’indécence. Parfois j’ai l’impression que la situation de ces cheminots par ailleurs tous des retraités depuis très longtemps, ressemble à des joueurs de loto qui brandissent un « coupon gagnant » mais qui n’a jamais été validé. Il est probable même que certains quitteront ce monde avec une énorme frustration, la mort se jouant des caprices et des retards des procédures engagées par la SNCF.

Solder définitivement ce dossier, c’est probablement permettre à ces anciens cheminots de finir leurs vieux jours en toute quiétude et sans conserver cette amertume pas seulement envers la SNCF mais envers la France aussi. Cela nous permettra à nous aussi, tous ceux qui ont suivi de loin mais attentivement cette tragédie sociale qui dure depuis très longtemps, de nous libérer de ce soupçon d’injustice, d’iniquité avec lequel ce pays d’adoption de beaucoup d’entre nous traite les plus faibles.