29 novembre 2020

D’une retraite à l’autre

Alfred SAUVY disait qu’il n’est jamais facile d’écrire à contre courant. Pour avoir été attentif depuis très longtemps à la question de la vieillesse des immigrés en France, je n’ai rien perdu du souvenir des moments pionniers et des difficultés que semblait poser cet autre visage de l’immigration, par son incongruité, jugée à l’aune du seul retour du migrant dans son pays d’origine.

Dans ce prolongement, il nous faudra entendre aussi ces retraités français ou non français qui optent pour une installation durable, entrecoupée de brefs séjours dans leur pays d’origine. Les entendre sur leurs motivations, leurs choix ou la manière dont ils comptent couler leurs vieux jours, certains dirons « au soleil » mais il faudrait plutôt dire là où il fait encore « bon vivre » socialement, financièrement et même géographiquement, le Maroc n’étant qu’à trois heures de vol du vieux continent.

Les progrès scientifiques, la qualité de vie de bon nombre de personnes âgées en Europe sont sans doute l’un des éléments d’explication de l’allongement du cours de la vie et de la relative bonne santé des personnes âgées. La perte d’autonomie est de plus en plus reculée et ne survient qu’à des âges très avancés.

La retraite n’est plus synonyme de maladie, ni même d’immobilité mais ouvre au contraire sur des horizons nouveaux tels la culture des loisirs, des voyages et des découvertes ou d’autres engagements, portés par une participation active à la vie sociale là où les retraités s’établissent et posent leurs bagages. L’implication de ces Seniors dans l’agriculture, dans le social ou dans l’aide à l’émancipation et à l’autonomie des femmes en sont des exemples que nous observons de plus en plus au Maroc. Il y a de moins en moins de recherche d’exotisme dans ces voyages mais une présence avec de nombreuses implications volontaristes là où se passe la vie de ces retraités. Il est indéniable que des considérations économiques et financières comme le coût de la vie laissent à des personnes âgées ayant des revenus moyens, au regard du niveau de vie en France et en Europe plus généralement, la possibilité de pouvoir vivre très correctement et à l’abri du besoin au Maroc. Tous ces retraités européens qui vivent au Maroc, sont à la vérité ses vrais ambassadeurs et nous leur devons en partie l’essor touristique du pays qu’ils connaissent mieux de bon nombre de Marocains.